CEREMONIE DU 11 NOVEMBRE

Cérémonie du 11 novembre : Une journée marquée par le souvenir aux morts pour la France, aux victimes civiles et l’adieu à la nation à Hubert Germain “dernier des Poilus”.

Petit cours d’histoire … Que s’est-il passé le 11 novembre 1918 ?

Début novembre 1918, le chancelier allemand, Max de Bade, demande la suspension des hostilités. C’est ainsi qu’une délégation allemande est reçue en forêt de Compiègne le 8 novembre, dans le wagon bureau du maréchal Foch où sont présentées les conditions de l’armistice.

Le lendemain, l’empereur Guillaume II abdique et se réfugie aux Pays Bas. Le 11 novembre à 5 h 45 du matin, l’armistice est signé et les hostilités sont suspendues le même jour.

Un armistice est une convention signée par plusieurs gouvernements mettant fin à des hostilités entre armées en temps de guerre. C’est le jour qui marque officiellement la fin d’un conflit. Celui du 11 novembre d’une durée de 36 jours est reconduit à plusieurs reprises. Ce n’est qu’au moment de la signature des traités de paix de Versailles, le 28 juin 1919, que la sortie de guerre est actée.

L’idée d’honorer un soldat inconnu est lancée le 20 novembre 1916, au moment de la bataille de Verdun.  Le 8 novembre 1920, une loi est votée pour qu’un hommage soit rendu aux restes d’un soldat non identifié “mort au champ d’honneur”.

Représentant anonyme de la foule des Poilus, le Soldat inconnu est inhumé le 28 janvier 1921 sous la voûte de l’Arc de Triomphe à Paris.

Le 11 novembre 1923, le ministre de la guerre, André Maginot, allume pour la première fois une flamme du souvenir. En parallèle de 1920 à 1925, 36 000 monuments aux morts sont édifiés.

En plus d’être le jour anniversaire de la signature de l’armistice de 1918 et de “commémoration de la victoire et de la paix”, la loi du 28 février 2012 étend l’hommage à tous “les morts pour la France” des conflits anciens ou actuels.

Tous les morts pour la France qu’ils soient civils ou militaires sont désormais honorés le 11 novembre.